Christian L – bio

English

Christian Landry, PhD 

Principal Investigator

Biography

I received my bachelor’s degree in Biology from Université Laval. As an undergrad, I studied developmental biology with Lucie Jeanotte. My honors’ thesis aimed at characterizing some of the phenotypes of KO mice for a specific Hox gene. As I was attending a class on Molecular Ecology, I read a book by LL Cavailli-Sforza on human population genetics in which he showed how the migration patterns of human populations could be described using the frequency of molecular markers such as blood groups. I was very impressed by this approach and I decided to study evolution at the molecular level. I contacted some laboratories in the UK and in the US to do human population genetics. They advised me first to do a master’s degree first and one of them suggested I do it with Louis Bernatchez here at Université Laval. So I joined Louis’ lab and studied the population genetics of Major Histocompatibility genes. During this period, I took a class with Pierre Morisset on speciation and I was impressed by the various speciation processes and by how by studying the genetics of speciation we could better understand how species split apart. Thus, I decided to make this my PhD subject and applied to graduate schools in the U.S.A. at Harvard University and University of Rochester to work on sea urchins or Drosophila. I chose Harvard and studied sea urchin speciation for one year, after which my advisor moved to Stanford. I thus re-started from scratch my PhD and joined Daniel Hartl’s lab and studied the evolution of gene expression in yeast and Drosophila. That is where I started using genomics and bioinformatics to study systems biology. At the end of my PhD, I wanted to learn and try something new, so I joined Stephen Michnicks’s lab in Montréal to study proteins and their evolution. After two years there, I obtained my own funding and a position at Université Laval to start my own research group.

Research interests

I am interested in the evolution of biological systems, particularly cellular systems such as gene networks and genome organization. I would like to better understand how the environment and population dynamics affect the evolution of these systems and at the same time, better understand how the organization of these networks itself modulates their own evolution.

Publications

See publication page

 

 

Français

Christian Landry, PhD 

Professeur

Biographie

J’ai fait mon baccalauréat en biologie à l’Université Laval avec une initiation à la recherche en biologie du développement sous la supervision de Lucie Jeanotte. Mon projet portait sur l’étude de phénotypes de souris mutantes pour un gène Hox. Dans le cadre d’un cours en écologie moléculaire, j’ai lu un livre de LL Cavalli-Sforza dans lequel il démontrait qu’on pouvait utiliser des données moléculaires, comme les fréquences des groupes sanguins, pour reconstituer l’histoire des migrations en Europe. J’ai été impressionné par la possibilité de comprendre l’évolution en regardant directement les molécules et j’ai décidé d’étudier l’évolution au niveau moléculaire à partir de ce moment. J’ai contacté quelques chercheurs aux États-Unis et en Angleterre pour aller faire de la génétique des populations humaines à la maitrise mais ils m’ont unanimement conseillé de faire une maitrise à Laval et d’ensuite faire un doctorat sur le sujet, un d’entre eux me suggérant le labo de Louis Bernatchez. J’ai donc fait une maitrise en génétique des populations avec Louis.

J’ai étudié les gènes du Complexe Majeur d’Histocompatibilité et je n’ai jamais fait de génétique des populations humaines. Au cours de ma maitrise, j’ai été interpellé par la matière de certains cours, dont un donné par Pierre Morisset sur la spéciation. J’ai alors réalisé que c’est ce que j’aimerais étudier. J’ai donc choisi deux laboratoires où j’aimerais aller étudier ce sujet, un à l’Université de Rochester qui travaillait sur la mouche à fruits, l’autre à l’Université Harvard qui travaillait sur les oursins de mer. J’ai choisi Harvard et j’ai travaillé pendant un an sur la spéciation chez les oursins d’Okinawa au Japon. Mon directeur de thèse est déménagé à Stanford après ma première année. J’ai donc migré dans le labo de Daniel Hartl et j’ai recommencé depuis le début, cette fois en me concentrant sur l’évolution de l’expression des gènes. C’est là que j’ai appris la bio-informatique et la génomique et que je les ai appliquées à l’étude de la biologie des systèmes. À la fin de mon doctorat, j’avais envie d’apprendre quelque chose de nouveau et je suis donc allé travailler sur les protéines et leur évolution avec Stephen Michnick à l’Université de Montréal. Après deux ans de stage postdoctoral, j’ai obtenu des fonds de recherche et un poste à l’Université Laval pour lancer mon propre laboratoire.

Intérêts de recherche

Je m’intéresse à l’évolution des systèmes biologiques, en particulier les systèmes cellulaires comme les réseaux de gènes et l’organisation des génomes. Je veux arriver à mieux comprendre comment l’environnement et la dynamique des populations peuvent façonner l’organisation de ces systèmes cellulaires et en même temps, mieux comprendre comment l’organisation de ces systèmes peut aussi façonner leur propre évolution.

Publications

Voir la page des publications